Majorque

Coves del Drac

Majorque compte d'innombrables grottes allant de simples trous dans le sol à de véritables cathédrales souterraines. Une abrupte volée de marches conduit à la 1re des 4 vastes salles descoves del Drac: le "Bain de Diane" superbement éclairé. Dans une autre s'étend le lac Martel long de 177 m. S'y promener en barque est une expérience presque aussi inoubliable que d'y assister à un intermède musical. Également spectaculaires, les 2 autres salles portent les noms évocateurs de "Théâtre des fées" et de "Cité enchantée".

Aux environs

Les coves dels Hams doivent leur nom à des stalactites en forme d'hameçons (hams en majorquin). Longues de 500 m, elles renferment la "Mer de Venise", lac souterrain où des musiciens se produisent en barque.

L'entrée des coves d'Artá se trouve à 40 m au-dessus du niveau de la mer et offre une vue magnifique. Une stalagmite haute de 22 m constitue le fleuron de ces grottes.

Lire la suite

Felanitx

Dans ce bourg agricole animé naquit l'architecte de la Llotja de Palma, Guillem Sagrera (1380-1456), et le peintre du XXe siècle Miquel Barceló. 23 raisons principales justifient une visite: la façade imposante d'une église du XIIIe siècle, l'Esglesia de Sant Miquel, la sobrassada de porc negre (saucisse épicée fabriquée avec la viande du porc noir majorquin) et ses célébrations religieuses, notamment celle de Sant Joan Pelós.

À environ 5 km au sud-est, le Castell de Santueri, fondé par les Maures mais reconstruit au XIVe siècle par les rois d'Aragon, se dresse à 400 m au-dessus de la plaine. Bien qu'en ruine, il mérite un détour par la vue qu'il offre depuis sa situation élevée.

Lire la suite

Felanitx

Dans ce bourg agricole animé naquit l'architecte de la Llotja de Palma, Guillem Sagrera (1380-1456), et le peintre du XXe siècle Miquel Barceló. 23 raisons principales justifient une visite: la façade imposante d'une église du XIIIe siècle, l'Esglesia de Sant Miquel, la sobrassada de porc negre (saucisse épicée fabriquée avec la viande du porc noir majorquin) et ses célébrations religieuses, notamment celle de Sant Joan Pelós.

À environ 5 km au sud-est, le Castell de Santueri, fondé par les Maures mais reconstruit au XIVe siècle par les rois d'Aragon, se dresse à 400 m au-dessus de la plaine. Bien qu'en ruine, il mérite un détour par la vue qu'il offre depuis sa situation élevée.

Lire la suite

Cabrera

Depuis les plages d'Es Trenc et Sa Rápita, sur la côte sud de Majorque, s'aperçoit à l'horizon l'île de Cabrera haute de 172 m. C'est la plus vaste d'un archipel qui porte le même nom et que protège un parc national. Située à 18 km de la pointe la plus méridionale de Majorque, elle abrite plusieurs plantes, reptiles et oiseaux de mer rares, tel le faucon d'Éléonore, et ses eaux recèlent une faune et une flore marines importantes.

Un château érigé au XIVe siècle rappelle que l'île de Cabrera servit pendant des siècles de base militaire.

Lire la suite

Capocorb Bell

Majorque n'est pas aussi riche que Minorque en vestiges mégalithiques, mais ce village talayotique dans les terres basses et rocailleuses du littoral méridional mérite une visite - en particulier un jour de saison creuse où vous pourrez vous promener en paix parmi les ruines.

Cet établissement de la fin de l'âge du bronze, vieux d'environ 3 000 ans, comprenait 5 talayots (tours en gros blocs de pierre que coiffait sans doute une structure en bois) et 28 bâtiments plus petits. On sait peu de chose de ses habitants et de l'usage qu'ils faisaient de certaines des pièces, telle une minuscule galerie souterraine.

Le charme de la campagne alentour, où des murs en pierres sèches séparent des vergers, ajoute à l'attrait d'un site qui, en dehors d'un snack-bar proche, reste préservé.

Lire la suite

Puig de Randa

Au milieu d'une plaine fertile appelée la pla s'élève une petite montagne haute de 548 m, le puig de Randa. Le philosophe Raymond Lulle s'y retira en ermite à la fin du XIIIe siècle et c'est là qu'il aurait composé son traité religieux, l'Ars Magna. En gravissant le massif se découvrent 2 monastères, le Santuari de Sant Honorat (XVIIIe siècle) et le Santuari de Nostra Senyora de Gràcia abrité par un surplomb rocheux. Il comprend une chapelle du XVe siècle ornée de beaux carreaux valenciens et offre un large panorama de la pla.

Au sommet du puig, d'où la vue porte jusqu'à Palma, se trouve le Santuari de Cura occupé par des franciscains. Installé dans une ancienne école du XVIe siècle donnant sur la cour centrale, construite dans la pierre beige typique de Majorque, un petit musée possède certains des manuscrits de Raymond Lulle.

Lire la suite

Pollença

Bien que cette petite ville située en bordure de terres agricoles fertiles soit devenue très touristique, elle garde un aspect préservé avec ses maisons en pierre ocre et ses ruelles sinueuses. Une atmosphère d'une autre époque règne sur la Plaça Major bordée de cafés fréquentés principalement par la population locale.

Pollença renferme plusieurs édifices religieux, dont la Parròquia de Nostra Senyora dels Angels bâtie au XVIIIe siècle et le Convent de Santo Domingo qui abrite l'exposition archéologique du Museu Municipal. En août et début septembre, le cloître sert de cadre aux concerts d'un festival de musique. Une chapelle érigée au sommet d'une colline, El Calvari, s'atteint soit par la route, soit par un escalier de 365 marches. Un Christ en bois sculpté orne l'autel.

Aux environs

À 10 km à l'est, des remparts du XIVe siècle percés de 2 portes majestueuses entourent Alcúdia. Près du centre-ville, le Centro Cultural de Pollença expose des statues, bijoux et autres objets découverts sur le site romain de Pollentia situé à 1,5 km au sud.

Lire la suite

Santuario de Lluc

Isolé dans les montagnes de la sierra Tramuntana, le village de Lluc recèle une institution considérée par de nombreux Majorquins comme le coeur spirituel de l'île. Fondé au XIIIe siècle, le Santuario de Lluc date, dans sa forme actuelle, d'une reconstruction aux XVIIe et XVIIIe siècles. Son église baroque abrite le statue de pierre de la Moreneta, la Vierge noire de Lluc, qu'un jeune berger aurait trouvée au XIIIe siècle sur une colline voisine. Un chemin pavé, le Camí dels Misteris, conduit à son sommet. Il est bordé de bas-reliefs en bronze par Antoni Gaudí. Près de la grand-place, la plaça dels Pelegrins, se trouve un café, une pharmacie et une boutique proposant de l'artisanat, des spécialités culinaires et des vins locaux. Situé au 1er étage, un musée présente entre autres des peintures majorquines et des manuscrits médiévaux. Le monastère comprend une hôtellerie bâtie au XXe siècle.

Depuis Lluc, une route tortueuse sinue dans les collines jusqu'à la magnifique crique rocheuse de Sa Calobra d'où part un sentier qui conduit au torrent de Pareis, gorge profonde débouchant sur la mer. 

Lire la suite

Sóller

Cette petite ville s'est enrichie grâce aux oliveraies et aux orangeraies qui s'étagent sur les pentes de la sierra Tramuntana. Nombre de ses habitants émigrèrent en France à partir du XIXe siècle pour commercialiser cette production agricole et ils édifièrent à leur retour d'élégantes maisons souvent de style Art nouveau.
Un pittoresque petit train à voie étroite, toujours doté de wagons en bois, se prend devant la gare, sur la plaça d'Espanya. Il rejoint, à 5 km à l'ouest, Port de Soller, village de pêcheurs au fond d'une baie circulaire devenu une agréable station balnéaire.
Aux environs
Au sud de Sóller, une route longe la spectaculaire côte occidentale de Majorque jusqu'à Deià (Deyá). Ce village perché au milieu d'amandiers et d'oliviers attira de nombreux artistes et écrivains, dont le poète et romancier anglais Robert Graves (1895-1985) qui s'y installa en 1929. Il repose dans le petit cimentière. Dirigé par l'archéologue William Waldren, le Museu Arqueològic offre un aperçu de l'île à la préhistoire. À l'extérieur du village, le domaine Son Marroig appartint à l'archiduc autrichien Louis Salvator (1847-1915) qui consacra une importante étude aux Baléares.

Lire la suite

Alfàbia

Très peu de possessións de Majorque sont ouvertes au public, ce qui rend la visite d'Alfábia d'autant plus digne d'intérêt. Un Maure construisit cette demeure seigneuriale au XIVe siècle, mais seuls le plafond du porche et les fontaines de la pergola évoquent encore cette époque. Le jardin est une somptueuse création du XIXe siècle qui fait un usage inventif des jeux d'eau et d'ombre.

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×