En dehors du centre

Parc Güell

L'Unesco a classé "bien culturel du patrimoine mondial" le parc issu du projet de cité-jardin entrepris par Antoni Gaudí pour le comte Eusebi Güell sur un terrain de 20 ha, projet qui prévoyait la construction de 60 villas et d'édifices publics tels que restaurants et écoles. L'architecte y travailla 10 ans, mais la mort de son mécène mit un terme au chantier alors qu'une seule maison, oeuvre de Francesc Berenguer, avait été bâtie. Gaudí l'habita de 1906 à 1926 et elle abrite aujourd'hui un musée qui lui est consacré. Outre des dessins, l'exposition permet de découvrir ses meubles et certains de ceux qu'il dessina.

Depuis l'entrée du parc, où se dressent 2 pavillons de garde, un escalier double bordé de sculptures conduit à la place du marché couverte supportée par 84 colonnes. La Gran Plaça Circular offre une vue panoramique de Barcelone. Partout, des mosaïques de céramique et de verre créent un décor féerique, notamment sur le balcon qui sinue autour de la plaça Circular. Exécuté par Josep Jujol, l'un des 5 collaborateurs de Gaudí, il passe pour avoir le plus long banc du monde.

Lire la suite

Tibidabo

À moins d'emprunter la route de Sant Cugat, il faut prendre le tramway bleu, dernier tram circulant à Barcelone, et un funiculaire, pour atteindre le sommet du Tibidalbo, colline haute de 532 m qui doit son nom à la vue qu'elle offre. Il reprend en effet la traduction latine des paroles de Satan: tibi dabo ("je te le donnerai") quand il chercha à corrompre le Christ en lui présentant le monde étalé à ses pieds.

Inauguré en 1908 et rénové en 1980, le Parc d'Atraccions jouit d'une immense popularité. Ses anciennes attractions ont conservé leur charme, tandis que les nouvelles utilisent les technologies les plus modernes pour offrir des sensations fortes. Son Museu d'Automates possède une belle collection de jouets mécaniques, de marionnettes, de juke-boxes et de jeux.

Entre Sagnier a construit entre 19025 et 1911 le Temple Expiatori del Sagrat Cor. Un ascenseur conduit au pied de l'immense Christ qui domine le sanctuaire.

Lire la suite

Museu de la Ciència

Le musée de la Science offre aux visiteurs la possibilité de participer à des expériences permettant, entre autres, de tester leurs capacités physiques et sensorielles. Il comprend une station météorologique et un planétarium proposant un spectacle de 30 mn (séances en français). Dehors, un sous-marin se visite grâce aux trous ouverts dans sa coque.

Lire la suite

Torre de Collserola

Érigée pour les Jeux olympiques de 1992 près du sommet du Tibidabo, la tour de communication dessinée par l'architecte anglais Norman Foster évoque une aiguille d'acier posée sur un pilier en béton. Elle possède 13 étages. Au dernier se trouvent un observatoire doté d'un puissant télescope et une plateforme panoramique offrant une vue impressionnante sur Barcelone, la mer et la serra de Collserola. Un ascenseur vitré met moins de 2 minutes pour atteindre le sommet de la tour, haute de 288 m et perchée sur une colline à 445 m d'altitude. Une expérience à déconseiller aux personnes sensibles au vertige.

 

Lire la suite

Monestir de Santa Maria de Pedralbes

Avec son enceinte le protégeant de l'agitation de la vie moderne, le monastère de Pedralbes a gardé l'atmosphère qui sied à une communauté de recluses. Le bon état de conservation de ses cellules, de ses cuisines, de son infirmerie et de son réfectoire renforce cette impression. Les clarisses qui l'occupaient ont cepednant emménagé dans un bâtiment adjacent en 1983.

De style gothique catalan, l'église à nef unique renferme le tombeau en albâtre d'Elisenda de Montcada de Piños, 4e femme de Jacques II d'Aragon, qui fonda le couvent en 1326. Remarquable avec ses 3 étages, le cloître donne accès à la Capella de Sant Miquel ornée en 1346 par Ferrer Bassa de superbes peintures murales représentant la Passion et des scènes de la Vie de la Vierge.

Depuis 1989, le monastère présente, dans un ancien dortoir, quelques 60 peintures de la collection Thyssen-Bornemisza exposée, pour l'essentiel, à Madrid. En majorité religieuses, elles comprennent des oeuvres de maîtres italiens et espagnols tels que Fra Angelico, Tiepolo, Canaletto, Véronèse, Velázquez et Zurbarán.

Lire la suite

Palau Reial de Pedralbes

Sur un terrain cédé par le comte Eusebi Güell, la couronne d'Espagne fit construire à partir de 1919 ce palais où Alphonse XIII résida en 1926. La demeure renferme le trône porté par des lions.

Ouvert au public en 1937, l'édifice abrite un musée des arts décoratifs où meubles, objets d'art et tapisseries provenant de plusieurs maisons nobles de Barcelone composent dans les salons de luxueux décors. Un arbre généalogique retrace l'histoire de la dynastie des comtes-rois de Catalogne.

Un musée de la céramique occupe également le palais de Pedralbes. Remarquables, ses collections comprennent aussi bien des pièces historiques datant pour les anciennes du XIe siècle que les oeuvres de Miró et Picasso.

Gaudí dessina la Font del Drac qui se trouve dans les jardins très appréciés des Barcelonais. Derrière le parc passe l'avinguda de Pedralbes où se s'ouvre l'entrée de l'ancienne propriété des Güell. Gaudí en dessina le portail en fer forgé orné d'un dragon et les 2 pavillons.

Lire la suite

FC Barcelona contre Real Madrid

Més qu'un club ("Plus qu'un club"), telle est la devise du FC Barcelona ("Barça") dont l'équipe, depuis près d'un siècle, est le symbole le plus populaire de la résistance catalane face au gouvernement central. Ne pas remporter le championnat est attristant, se faire battre par le Real Madrid tient du désastre total. La compétition entre les 2 équipes devient parfois un enjeu où s'oublie le sport. En 1941, sous le régime franquiste, Barça gagna sur son terrain un match mémorable par 3 buts à 0. Le jour de la revanche, une foule très hostile emplissait les gradins du stade de Madrid et la police et l'arbitre "conseillèrent" aux joueurs catalans d'éviter des troubles. Ils perdirent par 11 à 1!

Lire la suite

Museo del Futbol Club Barcelona

Entrepris en 1954 sur des plans de Francesc Mitjans, Nou Camp est le plus grand stade de football d'Europe et un monument à la gloire du FC Barcelone (Barça pour les Barcelonais), club fondé en 1899 et qui compte aujourd'hui plus de 100 000 membres. Depuis un agrandissement en 1982, le stade s'éternd sur 2,8 ha et peut accueillir 98 000 spectateurs assis et 17 000 debout.

Le musée du club est dans doute le plus populaire de la ville. Il possède une boutique de souvenirs et l'exposition, qui occupe 2 étages, comprend les nombreux trophées remportés par l'équipe. On peut également découvrir les peintures et sculptures exécutées par de célèbres joueurs pour la Blaugrana Biennal, une manifestation organisée en 1985 et 1987. Sous le régime franquiste qui avait interdit le drapeau catalan, les fanions aux couleurs de la Barça, le bleu (blau) et l'écarlate (grana), devinrent l'expression du sentiment nationaliste.

Nou Camp propose également un centre ouvert à d'autres sports et une patinoire.

Lire la suite

Parc de l'Espanya Industrial

Dessiné par l'architecte basque Luis Peña Ganchegui, ce parc porte le nom de l'ancienne usine textile dont il occupe le site de 5 ha.

Sa création fait partie d'un des plus ambitieux projets d'urbanisme de ce siècle: ouvrir au coeur de Barcelone de nouveaux espaces de détente en accordant une large place à l'art contemporain. Un lac orné en son centre d'une statue classique de Neptune permet d'y canoter. Des gradins entourent le plan d'eau, dominés d'un côté par 10 tours. Support des projecteurs assurant l'éclairage, elles offrent aux promeneurs des plates-formes panoramiques d'où contempler les sculptures du parc, oeuvres de 6 artistes contemporains, notamment le dragon-toboggan d'Andrès Nagel.

Lire la suite

Parc de Joan Miró

Ce parc créé dans les années 1980 par les architectes Solanas, Quintana, Galé et Arriola porte également le nom de Parc de l'Escorxador à cause des abattoirs (escorxador) du XIXe siècle dont il occupe l'emplacement.

Il est aménagé en 2 niveaux. Sur le plus bas, des aires de jeu s'intercalent entre des espaces fleuris et boisés de palmiers, de pins et d'eucalyptus. Au pied d'une superbe sculpture polychrome conçue en 1983 par l'artiste catalan Joan Miró, Dona i Ocell (Femme et oiseau), un plan d'eau occupe le centre du niveau supérieur entièrement pavé.

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×