Communauté valencienne et Murcie

Caravaca de la Cruz

Caravaca de la Cruz doit sa renommée à la "Vraie Croix" qui y apparut miraculeusement en 1231 alors qu'un prêtre y célébrait la messe devant un roi maure. Lors d'un siège postérieur, les défenseurs chrétiens du château recouvrèrent leurs forces en buvant du vin dans lequel elle avait été trempée, événement commémoré lors des fêtes du mois de mai. À l'intérieur de la forteresse se dresse le Santuario de la Vera Cruz (XVIIe siècle) doté d'une intéressante façade baroque. Il n'abrite plus la croix, volée en 1935.

Aux environs

À 14 km au nord, sur les contreforts des montagnes marquant la frontière occidentale de la Murcie, des ruelles pentues aux maisons multicolores grimpent dans le joli village de Moratalla vers un château du XVe siècle. À l'est de Caravaca, Cehegín a en partie gardé son cachet médiéval.

Lire la suite

Lorca

La plaine fertile qui entoure la 3e ville de Murcie forme une véritable oasis au sein d'une des régions les plus arides d'Europe.

De l'Eliocroca romaine, important relais de poste sur la via Heraclea, subsiste une pierre milliaire qui porte une statue de saint Vincent Ferrier dans un angle de la plaza San Vicente. Le château de Lorca date de l'époque, du XIIIe au XVe siècle, où la ville gardait la frontière entre territoires chrétiens et musulmans. Il n'a conservé que 2 de ses 35 tours d'origine. Une porte est le seul vestige des remparts de la cité démolis après la chute de Grenade.

Au coeur du quartier ancien, d'élégants monuments baroques bordent la plaza de España. La Colegiata de San Patricio, construite entre 1553 et 1704, en ferme un des grands côtés. De part et d'autre se font face la salle capitulaire et l'hôtel de ville, ancienne prison dont les 2 corps de bâtiment, édifiés entre 1677 et 1733, furent ensuite reliés par un arc enjambant la rue.

Lire la suite

Costa Cálida

Les stations balnéaires les plus populaires de la "Côte chaude" de la Murcie bordent la Mar Menor. Entre Cabo de Palos et Cabo Tinoso, le littoral, creusé de calanques, est principalement rocheux. Les stations du sud se révèlent relativement paisibles pour l'Espagne. Puerto de Mazarrón propose plusieurs belles plages et, près de Bolnuevo, le vent a sculpté des formes étranges dans des roches. Prche de la fronitère avec l'Andalousie, Águilas est en pleine expansion.

Lire la suite

Carthagène

Au-dessus du port et des ruines de l'ancienne cathédrale entreprise au XIIIe siècle dans le style roman, le parc entourant les vestiges du Castillo de la Concepción, forteresse bâtie par Henri III de Castille au XIVe siècle, ménage une belle vue de la rade où les Carthaginois fondèrent en 223 av. JC la Nouvelle Carthage (Carthago Nova). Prospère à l'époque romaine, la ville tomba ensuite en déclin jusqu'à la création en 1777 de son arsenal.

Sur les quais, en face de l'hôtel de ville moderniste, se trouve un prototype de sous-marin dessiné par Isaac Peral en 1888. Sur la plaza del Ayuntamiento s'ouvre la calle Mayor, la rue principale bordée d'élégants édifices. Des fouilles ont notamment mis au jour à Carthagène une rue romaine et la Muralla Bizantina construite entre 589 et 590.

Le musée national d'Archéologie sous-marine présente une belle collection d'amphores antiques et des maquettes des bateaux qui les transportaient.

Lire la suite

Mar Menor

Une station balnéaire animée s'est développée sur la Manga, l'isthme étroit et sablonneux long de 20 km qui sépare la Méditerranée de la Mar Menor, le plus vaste des lacs salés d'Europe. Calme et peu profonde, l'eau peut y atteindre en été une température supérieure de 5 degrés à celle de la mer voisine. Sa haute teneur en sels minéraux lui donne des vertus curatives.

plus calmes que la Manga, les villes de villégiature de Santiago de la Ribera et Los Alcázares ont conservé de beaux pontons en bois. Depuis Santiago de la Ribera ou La Manga, des bateaux conduisent à l'île de Perdiguera, l'une des 5 îles de la Mar Menor. Les anciens marais salants de Lo Pagán, près de San Pedro del Pinatar, sont devenus une réserve naturelle.

Lire la suite

Murcie

Capitale régionale et ville universitaire sur les rives du río Segura, Murcie fut fondée au début du IXe siècle par les Maures dans une huerta qu'ils venaient de mettre en valeur grâce à l'irrigation.

Place percée au XVIIIe siècle, La Glorieta constitue le coeur de la cité moderne. Dans le quartier ancien, la calle de la Trapería, piétonnière, a gardé beaucoup de charme. Elle relie la cathédrale à la plaza Santo Domingo où se tenait jadis le marché. Club privé fondé en 1847, le Casino occupe dans la rue le n°18. Demandez au poteier l'autorisation de visiter. On y pénètre par un patio maure inspiré des appartements royaux de l'Alhambra. Une peinture représentant la déesse Séléné orne le plafond des toilettes des dames.

La construction de la cathédrale, consacrée en 1467, commença en 1394 sur les fondations d'une mosquée. Haut d'environ 90 m, son clocher, édifié par étapes du XVIe au XVIIIe siècle, offre de son sommet un large panorama. L'architecte Jaimes Bort éleva la majestueuse façade baroque entre 1739 et 1754. L'intérieur du sanctuaire recèle 2 chapelles particulièrement belles: dans le déambulatoire (5e), la Capilla de los Vélez (1490-1507) de style gothique tardif, et, dans le cbas-côté droit (4e), la Capilla del Junterón (XVIe siècle) à la riche décoration plateresque.

Le musée de la cathédrale présente entre autres des retables gothiques, une frise provenant d'un sarcophage romain, une custode exécutée en 1677, la 3e d'Espagne par la taille, et un Saint Jérôme par Francisco Salzillo (1707-1783), l'un des plus grands sculpteurs espagnols. Il naquit à Murcie et un musée installé dans l'Iglesia de Jesús abrite 8 de ses pasos, groupes sculptés portés en procession pendant la semaine sainte. Une crèche compte quelque 500 figurines auxquelles il donna une grande vivacité d'expression.

Aux environs

À côté de la copie en acier (1955) d'une grande roue à aubes du XVe siècle, le Museo de Tradiciones y Artes Populares comprend une barraca, ferme traditionnelle murcienne à toit de chaume. Il présente dans 3 galeries des ustensiles agricoles et domestiques dont certains sont vieux de 300 ans.

Lire la suite

Torrevieja

Torrevieja a connu un important développement touristique ces dernières années, mais sa principale activité économique fut longtemps l'extraction du sel, et ses marais salants restent les plus productifs d'Europe et les 2es du monde.

En août, la ville organise un festival de habaneras, chants d'origine cubaine popularisés par les exportateurs de sel.

Lire la suite

Orihuela

Au coeur d'une huerta plantée de palmiers et d'agrumes, Orihuela devint un évêché en 1564. La cathédrale gothique (XIVe-XVe siècles) possède un cloître roman et l'un de ses 3 portails est de style Renaissance. Elle abrite la Tentation de saint Thomas d'Aquin par Vélazquez. Parmi les sculptures processionnelles du XVIIIe siècle exposées au Museo de Semana Santa, remarquez La Diablesa.

Lire la suite

Elx

Les Phéniciens auraient créé au IVe siècle av. JC la palmeraie qui entoure Elx (Elche) sur 3 côtés. Une eau saumâtre particulièrement adaptée à la culture des dattiers court dans ses canaux d'irrigation et elle compte plus de 100 000 arbres. Parmi les plantations accessibles figure le Huerto del Cura, célèbre par sa palmera imperial dont le tronc s'est divisé en 8 branches.

C'est dans la Basílica de Santa María, entreprise dans le style baroque au XVIIe siècle, que sont chantés au mois d'août les Misteri d'Elx. Près du sanctuaire s'élève la Calahorra, tour gothique qui faisait partie des défenses de la ville.

À côté de l'hôtel de ville, 2 poupées du XVIe siècle sonnent les heures sur les cloches de la tour de l'horloge.

Il existait une implantation humaine dès 5000 av. JC à La Alcudia où des fouilles ont mis au jour en 1897 un buste ibère du Ve siècle av. JC: la Dame d'Elche. L'original est à Madrid, mais des répliques sont dispersées dans Elx.

Lire la suite

Illa de Tabarca

Dans une baie aux belles plages de sable, la ville de Santa Pola constitue le meilleur point de départ pour l'illa de Tabarca. Cette petite île plate est divisée en 2 parties: une étendue rocailleuse et dénudée connue sous le nom d'el campo (la campagne), etu ne enceinte fortifiée, où s'ouvrent 3 portails monumentaux, construite au XVIIIe siècle sur l'ordre de Charles III pour lutter contre les pirates.

Appréciée des plongeurs sous-marins, Tabarca peut se révéler surpeuplée en été.

On a mis au jour à Santa Pola les vestiges d'un atelier romain de salage de poissons. Près de la ville existent des salines modernes.

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site