Asturies et Cantabrie

Castro Urdiales

Port de pêche animé et plaisante station balnéaire, Castro Urdiales étend son quartier ancien sur une péninsule rocheuse que domine le plus grand sanctuaire gothique de Cantabrie, l'Iglesia de Santa María. Partiellement en ruien, le château édifié à proximité par des Templiers a été aménagé en phare. De belles maisons à galeries vitrées bordent la promenade.

Les plages les plus vastes, telle la playa de Ostende, se trouvent à l'ouest de la ville.

Aux environs

Près du village de Ramales de la Victoria, à 20 km au sud, une route de montagne grimpe jusqu'à des grottes décorées de dessins et de gravures préhistoriques.

Lire la suite

Santander

La capitale de la Cantabrie jouit d'une superbe situation à l'embouchure d'une baie proofnde. Un incendie ravagea en 1941 son centre historique qui dut être entièrement rebâti, notamment la cathédrale, reconstruite dans le style gothique. Elle conserve cependant une crypte du XIIe siècle. Les collections du Museo de Bellas Artes, bien que riches surtout en peintures d'artistes locaux, comprennent des tableaux par Goya, Zurbarán et Mengs. Le Museo de Prehistria e Arqueología expose des objets préhistoriques, des stèles païennes et des vestiges romains. Le Museo Maritimo présente des squelettes de balaines et 350 espèces de poissons.

Sur la pénínsula de la Magdalena, un parc entoure le Palacio de la Magdalena, palais d'été construit pour Alphonse XIII en 1912.

Au nord de la presqu'île s'étendent 2 superbes plages que séparent des jardins plantés sur un promontoire rocheux. Le casino Belle Époque de l'élégante station balnéaire d'El Sardinero fait face à l'une d'elles. Près du port, une ambiance plus populaire règne au barrio Pesquero, le quartier des pêcheurs.

Lire la suite

Laredo

Une plage longue de 5 km a fait de cet ancien village de pêcheurs une station balnéaire très fréquentée mais aux immeubles modernes dénués de charme. Dans le quartier ancien, plus typique, l'Iglesia de la Asunción, construite au XIIIe siècle et mainte fois remaniée, abrite 2 grands lutrins de bronze offerts par Charles Quint. En été, une grande bataille de fleurs a lieu à Laredo.

Lire la suite

Puente Viesgo

Cette petite station thermale s'étend au pied d'une colline calcaire creuséede plusieurs grottes décorées de dessins préhistoriques. Utilisées, pense-t-on, comme sanctuaires par des chasseurs du paléolithique, elles renferment de nombreuses représentations polychromes de taureaux, de cerfs, de chevaux et de bisons, ainsi que des empreintes de mains (presque toujours la gauche). La visite la plus intéressante est celle de la cueva de El Castillo.

Aux environs

Dans la verdoyante vallée du Pas, au sud-est de Puente Viesgo, le peuple des vachers Pasiegos entretient des traditions différentes de celles de la région. Vous pourrez goûter à Vega de Pas, la principale localité, les gâteaux appelés sobaos et les quesadas, tartes à l'anis et à la cannelle. À Villacariedo, les 2 façades baroques (XVIIIe siècle) du palais de Juan Antonio Diaz cachent une tour médiévale.

Lire la suite

Santillana del Mar

Située malgré son nom à quelques kilomètres à l'intérieur des terres, Santillana del Mar doit au charme que lui donnent ses maisons bâties du XVe au XVIIIe siècle d'être devenue très touristique. En dépit des boutiques de souvenirs, décourir à pied, ses rues pavées bordées de demeures seigneuriales blasonnées ou agrémentées de balcons en bois garde toutefois la saveur d'un voyage dans le passé.

La ville s'est développée au haut Moyen Âge autour d'un monastère à l'emplacement duquel s'élève aujourd'hui la Colegiata bâtie au XIIe siècle. Ce majestueux édifice roman abrite le tombeau gothique de sainte Julienne, un retable de 1453 et un devant d'autel en argent du XVIIe siècle. Achevé peu de temps après l'église, le cloître recèle de beaux chapiteaux.

Sur la superbe Plaza Mayor, un parador occupe l'élégante Casa de los Barredo Bracho (XVIIe siècle). À l'est du centre, le Museo diocesano aménagé dans le Convento de Regina Coeli présente une collection d'art religieux.

Lire la suite

Cuevas de Altamira

Décuvertes en 1869, les grottes d'Altamira abritent certaines des plus belles peintures préhistoriques. Les plus anciennes datent d'environ 18 000 av. JC, mais les plus célèbres, des fresques polychromes utilisant le reliefs de la roche pour créer des effets de volume, furent exécutées vers 13 000 av. JC. Un musée en explique l'importance et le sens. Le nombre très restreint de visiteurs admis chaque jour dans les grottes impose de réserver par écrit des mois à l'avance pour espérer y pénétrer.

 

 

Lire la suite

Alto Campóo

Les 10 pistes de cette petite station de sports d'hiver offrent un domaine skiable de 17 km. Le pico de Tres Mares (2 175 m) qui la domine doit son nom de "pic des 3 Mers" aux fleuves qui y prennent naissance et se jettent l'un dans la Méditerranée, l'autre dans le golfe de Gascogne et le 3e dans l'Atlantique. Son sommet, qui s'atteint par la route ou en télésiège, offre une vue exceptionnelle sur les montagnes de la Cantabrie. À Fontibre, l'Ebre prend sa source dans un très joli cadre.

Aux environs

À quelque 26 km à l'est d'Alto Campóo, Reinosa est une élégante vlle de marché aux rues à arcades bordées de vieilles maisons. Un peu plus loin au sud-ouest, près du hameau de Retortillo, s'étendent les ruines de Juliobriga, cité fondée par les Romains pour contenir les tribusdes montagnes de la Cantabrie.

Au sud de Reisona, la route principale conduit à Cervatos dont la collégiale romano-gothique possède de magnifiques chapiteaux et présente en façade, juste sous le toit, des sculptues érotiques.

Arroyuelo et Cadalso, au sud-est, recèlent 2 églises des IXe et Xe siècles inscrites dans des parois rocheuses.

Lire la suite

Valle de Cabuérniga

Lavalléede la Cabuérniga renferme 2 villages au cachet exceptionnel. Une bonne route a sorti Bárcena Mayor de son isolement et boutiques et restaurants de spécialités régionales bordent ses rues pavées dominées par les balcons de maisons aux rez-de-chaussée occupés par des étables.

À environ 20 km du nord-ouest, les solisdes demeures en pierre de Carmona offrent nu exemple caractéristique architecture rurale cantabrique avec leurs toits à pannes et leurs balcons en bois. Leurs habitants continuent de pratiquer la sculpture sur bois, artisanat traditionnel de la région, et les hommes s'intallent dehors pour fabriquer bols, albarcas (sabots) ou sièges. Au centre du village, le Palacio de los Mier, maison seigneuriale du XIIIe siècle, abrite un hôtel depuis sa restauration.

La vaste forêt de Saja est devenue une réserve naturelle et cerfs et coqs de bruyèr peuplent ses bois de chênes verts et de feuillus.

Lire la suite

Comillas

Cette jolie station balnéaire présente la particularité de renfermer plusieurs édifices dessinés par des architectes modernistes catalans. Joan Martorell réalisa ainsi en 1881 pour Antonio López y López, armateur qui devint le 1er marquis de Comillas, le Palacio Sobrellano néo-gothique. Il construit également, sur des plans de Domènech i Montaner, l'Universidad Pontifica qui domine la mer depuis une colline. Le monument le plus remarquable de la ville demeure toutefois une oeuvre d'Antoni Gaudí: El Capricho. Un restaurant occupe désormais ce pavillon d'inspiration mudéjare où s'exprime toute la fantaisie du célèbre architecte.

Aux environs

Le port de pêche de San Vicente de la Barquera recèledes rues à arcades et une église romano-gothique: Nuestra Señora de los Angeles.

Lire la suite

Potes

Dans la large vallée de Liébana dont les sols fertiles se prêtent à la culture des noyers, des cerisiers et de la vigne, cette petite ville ancienne où subsistent de belles maisons à blasons sculptés et une puissante tour du XVe siècle, la Torre del Infantado, est la principale localité de la partie orientale des Picos de Europa. Spécialité locale, l'eau-de-vie appelée orujo est particulièrement forte.

Aux environs

Entre Potes et le littoral court le desfiladero de la Hermida. À mi-chemin, Santa María de Lebeña (Xe siècle) possède des arcs en fer à cheval et une galerie extérieure caractéristique de l'architecture mozarabe.

À l'ouest de Potes, le monastère de Santo Toribio de Liébana, fondé au VIIe sècle et désormais occupé par des franciscains, conserverait dans un reliquaire en argent en gros fragment de la vraie croix. Dans la chapellee qui l'abrite se trouvent assi les Commentaires de l'Apocalypse écrits en 786 par le moine Beatus et maintes fois recopiés et enluminés. Reconstruite au XIIIe siècle dans le style gothique, l'église du monastère incorpore 2 portails romans plus anciens.

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×